Retour

Mon parcours

C’est en 1995, alors que je suis une adolescente, que je fais l’acquisition de mon premier chien, Indy, une croisée labrador/chienne de chasse. Souhaitant faire au mieux, mes parents m’inscrivent dans le club canin le plus proche. C’est dans ce club avec Indy que j’apprends mes premières bases de l’éducation canine. Cette chienne apprenait vite et avait un tempérament très fort. L’éducation "traditionnelle" de l’époque et mon tempérament pète-sec d’adolescente ne la dérangeaient pas et cela donnait plutôt de très bons résultats.
Indy me fit aussi découvrir l’agility.

A la découverte du Border Collie…

J’ai vu mes tout premiers borders en agility : rapides, obéissants, impressionnants. Ce n’est néanmoins que quelques temps plus tard, lors d’une foire agricole, où un berger nous fit une démonstration de chien de troupeau, que mon attirance pour cette race se déclencha. Voir ce chien à l’affût, concentré sur le troupeau avec cette attitude typique à la race me fit craquer.
J’ai fais l’acquisition de mes premiers borders collies en 1999 et 2001 ce qui m’a mené vers une nouvelle orientation professionnelle : une formation en production ovine au CFPPA de Carmejane et le travail en tant que bergère chez différents producteurs de brebis et de chèvres de la région.
Cette formation me prit deux années au cours desquelles j’ai appris ce qu’était le travail avec un chien de berger et le troupeau. J’ai aussi appris à m’adapter à la sensibilité de cette race et à employer de nouvelles méthodes d'éducation.
Pendant ce temps j’ai aussi pu découvrir et travailler avec d’autres races, tel que le beauceron, le berger de Brie, le berger des Pyrénées… Notamment en travaillant auprès de Richard Del’Olmo et son élevage "de la cité Paradis" et de Gérard Lalande dans le Gers. Ces deux hommes m’ont énormément appris concernant le dressage des chiens et chacun de façons bien différentes.

 

Paola et Pfeil

…Et le temps passe

Après quelques années de travail en temps que bergère, je décide de quitter ce milieux très prenant, qui demande beaucoup de concessions personnelles, pour retourner dans la "civilisation" et me consacrer un peu plus à moi-même. Je me réinscris dans un club canin mais cette fois-ci pour y donner des cours et suivre la formation des moniteurs de club canin proposé par la CNEAC ce qui me permet de profiter de différents modules : "L’école des chiots", "La méthode naturelle", le "cliquer training".
Parallèlement je décide de faire une formation d’éducateur canin et de comportementaliste dans un centre de formation privé, le CEEPHAO, pour élargir mes connaissances.

 

Et l’agility dans tout ça ?

L’agility est une discipline que je n’ai jamais réellement abandonnée.
Mes premiers pas étaient donc aux côtés d’Indy, qui n’était pas une bombe mais tout de même rapide et surtout très régulière. Elle m’a permis de monter plusieurs fois en finale, notamment au somptueux "cadre noir" de Saumur, au Bourget et à Villebon sur Yvette pour les Masters France d’agility de Royal Canin et plusieurs fois à Vichy pour le grand prix de France. Indy avait fini dans les dix premiers lors d’une des finales.
Mes deux borders Psychose et Syrius ont eux aussi été initiés à l’agility. Il m’était difficile de concilier mon travail de bergère qui occupait énormément de temps dans mon quotidien avec ce sport canin, mais Psychose accompagna tout de même Indy sur une des finales, il y fit malheureusement un éliminé suivi d’un beau sans fautes. J’ai réussi avec tous les deux à atteindre le troisième degré et à participer à la présélection de l’équipe de France. Ce stage était très intéressant mais m’a montré que je n’avais malheureusement pas assez de temps libre pour m’entraîner et atteindre le niveau requis. Courant 2004 l’astreinte auprès des brebis me fit arrêter l’agility, mais je continuais à suivre les actualités et l’évolution de la discipline.
En 2010 je remets tout doucement le pied à l’étrier, je demande une licence pour mes deux loulous et reprends les concours, mais Psychose a pris de l’âge et Syrius a une patte fragile. Je décide après trois concours de leur octroyer une retraite bien méritée. Je redémarre donc courant 2011 avec une jeune border collie du nom de Fame. Je monte aussi voir le Championnat du Monde qui se déroule cette année-là en france à Lievin et la motivation revient en force. 2012 sera l’année de la reprise, avec de nouveaux chiens, un nouveau terrain et un nouveau parcours d’entraînement dont j’ai fait l’acquisition.

 

 

Enfin un terrain !

En 2010 après quelques recherches et peu d’espoir de dénicher un terrain dans les Alpes-Maritimes je trouve une habitation et un beau terrain sur la commune de Levens. Nous décidons, mon ami et moi, de quitter nos appartements respectifs et d’y aménager ensemble, et, avec mon diplôme agricole et celui d’éducateur canin en poche, je saute le pas et m’installe à mon compte en élevage de border collie, en éducation et dressage de chiens et par la suite en élevage de chats British Short et Longhair !

 

Justement, parlons de chats…

Petite fille j’étais très chats, nous en avions toujours à la maison.
La passion des chiens m’a petit à petit fait oublier ce petit félin qui pourtant m’attendait toujours quand je revenais de mes longues périodes de stage, de formation ou de travail auprès des brebis. Quand j’ai quitté la voie de l’élevage ovin j’ai d’ailleurs rapidement ouvert ma porte à un chat errant : Gamma, une chatte tricolore qui vit toujours à mes côtés.
C’est en 2010 que m’effleure l’idée d’acquérir un chat de race. J’hésite longuement entre l’angora turc (chat ressemblant énormément à l’un des chats de ma jeunesse) et le british longhair blanc dont j’apprécie le côté cobby  et les grand yeux ronds. Malheureusement l’acquisition d’un angora turc n’est pas évidente, le nombre d’éleveurs dans ma région n’est pas grand. Pour le british longhair ce n’est guère plus facile : les seuls éleveurs que j’arrive à trouver se refusent de me céder un chat si je ne leur garantie pas de le faire stériliser avant sa maturité sexuelle.

Pendant une exposition féline je fais la connaissance de Françoise Carre et ses chats british shorthair de couleur black silver shaded aux beaux yeux verts de la chatterie du clan de Soizic. Françoise accepte de me céder une petite chatonne : Flower du clan de Soizic en temps que chat de compagnie mais avec la possibilité de la faire reproduire.
Cette petite british se révèle adorable, elle a une capacité de s’adapter à toutes les situations et elle vie au milieu des chiens comme si elle en avait toujours connu ! Elle me fait prendre goût au britich ! Les mois passent avec notre petite Flower et la période des amours arrive. Flower nous réclame avec beaucoup de voix un fiancé. Je me mets donc, avec les conseils de Françoise, à la recherche d’un beau matou ! Je rencontre ainsi Danielle Maillot de la chatterie du Nan Tchao. Après une saillie infructueuse avec l’un de ses chats, Danielle me propose d’adopter Ulan des Nèbres. Nous nous retrouvons ainsi avec un couple de british et rapidement avec notre toute première portée de quatre adorables chatons.
L’expérience des chatons a été pour moi très plaisante, ce côté no stress du british nous apporte notre part de détente à la maison. Nous avons donc décidé de donner un nom à notre chatterie : Lytoux’s Dream, et de garder une chatonne : Lytoux’s Dream Galaxie. Et de fils en aiguilles Geisha Solal des As, Imagine MCB’s Cat et bien d'autres ont rejoint la famille féline =^..^=

 

 

 

 Les diplômes :


Educatrice canin diplômée au CEEPHAO
Educateur canin 1er degré diplômée par la société centrale canine

Habilitée pour la formation des maîtres de chiens de 1ère et 2ème catégorie


Etudiante en Etho-Psycho Comportementalisme au CEEPHAO (Centre d’Etudes en Etho-Psychologie Humaine et Animale de l’Orvoire)

Adhérente à l'OECC - Organisme Européen des Conseillers Comportementalistes : première association de comportementalistes à disposer d'un code de déontologie et regroupant plusieurs dizaines d'adhérents...

Agréée par la Direction Départementale des Services Vétérinaires des Alpes-Maritimes.
Certificat de capacité relatif à l'exercice des activités liées aux animaux de compagnies d'espèces domestiques
n° 06/211/AC

Retour au sommaire